Search Catogories

Archives d’un auteur

Un Alsacien de plus aux Etats-Unis

Ca y est, j’ai franchi le pas et je suis désormais résident aux Etats-Unis. Je reste alsacien de coeur et d’esprit. N’hésitez pas à me contacter via les commentaires. Salü Bisame!

San Francisco en mars…

Géographiquement et, surtout, culturellement, San Francisco est située au bout de la « Silicon Valley ». Naturellement, cette définition est valable pour le geek que je suis. Chacun peut avoir la sienne.

La valley s’étend réellement de San Francisco à San José, le long de la 101 (one oh one pour la prononciation). Pour découvrir les sociétés qui ont fait l’informatique de hier, d’aujourd’hui et, probablement de demain, il suffit de descendre cette route mythique et de faire quelques incursions dans des villes au nom mexicain, tout droit sorti d’un épisode de Zorro : San Mateo, Palo Alto, Santa Clara, suivre El Camino Real, visiter des villes plus récentes comme Mountain View, Redwood City…

Economiquement, c’est ici que l’on trouve les sièges (ou au moins les plus grands ensembles R&D) de HP, Cisco, eBay, Skype, Facebook, Google, Apple, Xerox et de milliers de plus petites structures… Les grands absents sont Microsoft, basé à Seattle, WA, mais qui revient de plus en plus et IBM, qui dispose tout de même du SVL (Silicon Valley Lab) mais bien que dans la vallée, il est loin à l’extérieur…

Campus de Stanford

De l’autre côté de la baie, vous pourrez aller visiter l’Université de Berkeley, mais de ce côté, je me contenterais de Stanford. Cette université prestigieuse doit son nom à ses fondateurs, Leland et Jane Stanford. Elle ouvrira ses portes en 1891.

L’endroit est inspirant, comme beaucoup d’universités américaines. Les bâtiments ne sont pas très hauts et tous dans le même esprit : il est agréable de voir que les ensembles plus récents s’inspirent de ce style architectural. Aujourd’hui Stanford se décompose en 7 écoles : commerce (business), sciences de la terre (earth sciences), éducation (education), ingénierie (engineering), sciences humaines (humanities and sciences), droit (law) et médecine (médecine). Ce dernier, extrêmement important, dispose d’un campus énorme visible de la 101.

San Francisco vue des hauteurs de Twin Peaks

San Francisco vue des hauteurs de Twin Peaks

Mais, après cette petite excursion dans la vallée, revenons un peu sur San Francisco. Cette charmante bourgade ne compte – somme toute – que 808 977 habitants, soit un peu plus de 150 000 habitants que la CUS.  La population de la zone San Francisco – San José – Oakland compte à elle plus de 7 millions d’âmes, soit un peu plus de 3,5 fois l’Alsace.

San Francisco est riche de plusieurs quartiers, fondamentalement différents et riches en couleurs. Dans un ordre plus ou moins aléatoire et au risque d’en oublier…

Fisherman’s wharf est le quartier touristique plutôt sympathique le long de la baie (il y a peu à voir le long du pacifique, si ce n’est une magnifique côte), qui débouche sur Embarcadero. De là, on peut aller vers le Financial District, quartier financier, un peu froid. Le soleil ne touche pas souvent le sol, n’y voyez aucune autre allusion. A quelques encablures, Chinatown que je trouve plus typique qu’à New York. D’ailleurs, la population asiatique est très fortement représentée au point où, entre eux, les noirs (African American), les hispaniques, le caucasien-basique (dont je fais parti) n’est pas toujours majoritaire. Cela permet de remettre quelques perspectives en place.

Mon ami Salah-Eddine aidant au changement de la roue

Mon ami Salah-Eddine aidant au changement de la roue

Au sud de Market Street, SOMA (South of Market), un quartier très dynamique (et qui illustre la vigueur américaine : en pleine reconstruction il y a quelques années, il est pratiquement terminé aujourd’hui). En remontant Market, on arrive à Castro puis Twin Peaks d’où on a une vue magnifique sur la ville. Attention aux nids de poule, ça peut bousiller un pneu.

Plus loin, le quartier de Mission, plus populaire et naturellement le Golden Gate Park (et allez visiter le nouveau musée d’histoires naturelles – California Academy of Sciences – où mon ami Pete travaille) en remontant vers le célèbre pont rouge…

Ah… J’ai déjà hâte d’y retourner, ce sera dans quelques semaines… mais attention, souvenons nous de ce que Mark Twain disait : « mon pire hiver a été un été à San Francisco… ».


View Larger Map

Mise à jour : J’ai rajouté le lien vers le musée d’histoires naturelles : http://www.calacademy.org.

Nord de New York sous la neige

Il y a quelques semaines, j’étais à Boston et je suis descendu à New York. Je dois dire que j’ai été assez impressionné par la quantité de neige qui est tombé d’un coup. Cela fait rapidement beaucoup de nuances de blancs et de gris…

Voyage chez un grand de l'informatique, sous la neige...

C’était assez amusant je dois dire. Mon ami, Stuart Litel (ça ne s’invente pas), a ainsi pu me faire la démonstration de passer son SUV en mode 4×4. Ca sert dans la neige :-)…

Le paysage était assez étrange. En passant sur ce gigantesque pont séparant l’état de New York du New Jersey, sur l’interstate 9, on ne voyait pas l’Hudson. Il y avait du gris au dessus, du gris au milieu et du gris au sol et cela pendant les 2 miles que font le pont.

Comme à leur habitude, les américains se montrent particulièrement disciplinés. On roule raisonnablement, mais pas lentement.

Nous sommes arrivés, à bon port, sans encombre, pour deux jours de réunion dans un paysage magnifique, où les gris ont vite laissé la place à un sol blanc immaculé, un ciel bleu et un rare sentiment de sérennité…


View Larger Map